Maroc : tuera ou tuera pas ?

Crédit image : dzfoot.com
Crédit image : dzfoot.com

L’instinct de survie ne se manifeste pas seulement que sur le plan humain. Quelquefois il va bien au-delà et atteint des sommets imparables. Des sommets étatiques soucieux de se protéger et de protéger ses populations. Face à la menace de l’épidémie Ebola, le Maroc a opposé son refus d’organiser la Coupe d’Afrique des Nations en janvier 2015. La raison est toute simple, il y a un risque patent de transporter ce virus sur le territoire marocain et donc d’une infection à grande échelle.

Huuuum… En tant qu’amateur de football déçu, souffrez que ce ne soit que maintenant que je vous adresse mes cordiales salutations, chers lectrices et lecteurs. C’est l’émotion !!!

L’émotion d’un dilettante de football de ne pas pouvoir suivre un rendez-vous riche en secousses et en affolements. (Il sort d’où ce gardien ? Qui l’a mis dans les poteaux ? Sortez ce sorcier-là. Merde !) L’émotion de ne pas pouvoir crier Goaaaaaaal dans tout le quartier. (Torse nu et en petite culotte comme un fou) L’émotion de ne pas pouvoir vous produire un billet comme celui-ci. L’émotion de ne pas pouvoir insulter ces joueurs inféconds derrière sa télévision. (Tsruuuuu, qui l’a fait entrer sur le terrain celui-là ? Même ma grand-mère vieille de 90 ans aurait fait mieux) L’émotion de … Que sais-je encore ? Bon, ne perdons pas de temps.

 

Can Ebola

 

 

Ebola : Cet ennemi invisible qui fait peur.

Le summum de la protection de la vie ou le pinacle de la survie, comme le dirait l’autre, n’est pas discutable. De surcroît, quand il s’agit d’une situation de menace, d’effroi ou de phobie relative à une maladie à laquelle personne ne trouve un remède adéquat. (Bah, oui, dans ça, noir c’est noir hein ! Maghrébin ou Négro c’est pas américain donc ça meurt d’Ebola) Convenez donc avec moi que la maxime « prévenir vaut mieux que guérir »  doit y être pleinement applicable. Si on est d’accord, alors continuons…

A deux mois et demi du rendez-vous que tous les Africains attendent chaque année, se pose un vrai casse-tête pour la Confédération africaine de football. Coincée entre le report à janvier 2016 exigé par le Maroc, pays hôte, et la nécessité d’organiser la prochaine CAN en janvier 2015, la Confédération africaine de football ne sait plus où donner de la tête. Elle impose un ultimatum au Maroc, mieux elle tente de lui forcer la main. Mais ce qu’elle a oublié, c’est que peu importe notre origine, que nous soyons asiatiques, américains, européens ou africains, nous avons une chose commune à l’esprit, nous savons tous quelque part au fond de nous, dans notre conscience individuelle ou collective, c’est que la vie humaine n’a pas de prix. (Je ne parle pas de ces quelques djihadistes ou kamikazes qui se tuent au quotidien hein ! D’ailleurs, laissez ces comédiens.)

 

objection

 

Une décision indiscutable.

Tant attendue, la décision de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) est tombée la semaine dernière. Le Maroc, qui avait un ultimatum, a indiqué qu’il renonçait à l’organisation du tournoi final de la plus prestigieuse des compétitions africaines, la CAN Orange, tant que la CAF refuserait de la repousser à une date ultérieure. (Sans blague ! Ils ont vraiment tiré à terre.)

« Le Maroc qui avait émis une demande de report à la CAF à cause du virus Ebola, risque gros, des sanctions seront prises à son encontre et le pays risque d’être barré de toutes les compétitions continentales pour une durée allant jusqu’à quatre ans. »

Sérieux ? Quatre ans seulement ? Pas grave ! D’ici là, Ebola ne sera plus là et ils seront au moins vivants pour tenter de l’organiser de nouveau.

Trêve de plaisanterie. Vous voulez que le Maroc, Etat souverain, organise une compétition de gré ou de force. C’est ça ? Qu’il prenne le risque de voir infecter sa propre population volontairement. Qu’il prenne le risque de les voir se décimer sans rien pouvoir y faire. Qu’il rejoigne le « groupe des nations ébolistes ». Pour votre simple plaisir d’empocher des millions et des millions. Ou bien ?

Hum… Où est passée la souveraineté étatique ? Où est passée la compassion ? Où est passée la commisération ? Où est passé le respect pour la vie humaine ? (Eh Dieu, l’homme est mauvais dèh !)

 

non

 

Eh, bah, messieurs de la CAF, vous êtes des assassins ambulants et déguisés. C’est maintenant clair ! A un crime contre l’humanité, le Maroc dit non. Et non c’est non ! Allez chercher vos complices ailleurs.

Bien à vous !

15 thoughts on “Maroc : tuera ou tuera pas ?

  1. Une belle crittique de cette affaire à la fois compliquée, simple et ridicule par les proportions qu’elle prend. Je ne suis as vraiment un suiveur de foot, pas du tout même, mais c’est un sujet d’actualité qui concerne mon continent, et il es bien risible qu’on en arrive là, à ce genre de bras de fer délirant sur une telle question, comme si le Maroc pouvait faire autrement, toute raison gardée!

  2. Je comprends le Maroc. Et à leur place je ferai de même (et ce n’est pas parce que je suis indifférent au foot hein). Déjà que comme toi, je trouve assez bizarre l’attitude de la CAF qui essaie de forcer la main au Maroc pour qu’ils organisent cette compétition. Les risques sont trop gros, l’enjeu est trop important. On ne saurait mettre en danger la vie de tout un peuple sous le prétexte d’organiser la CAN.
    Et les pointes d’humour que tu mets dans ton article le rendent encore meilleur.

    1. Je pense que la menace que le Maroc redoute ne vient pas des joueurs, mais des supporters. Pendant le CAN, il y aura un afflux de personnes très difficile à contôler. C’est à ce niveau que le problème se trouve, je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *