Voir Adidohood et mourir !

Adidohood

Chers lecteurs, vous connaissez Adidohood ? Oui c’est bien ça ! Adidohood, si vous en entendez parler, n’imaginez pas toute suite une banlieue des Etats-Unis ou de l’Angleterre. Ni une portion huppée d’une ville, comme on le voit souvent dans les séries de Hollywood, où la quiétude et la joie de vivre sont au quotidien. Même si le nom semble l’indiquer, à tout point de vue, ni pensez aucunement. Pas besoin qu’on vous promène une photo sous le nez pour que vous vous en rendiez compte. (Ce surnom vient de ces jeunes rappeurs talentueux que nous avons dans notre quartier). C’est bien un quartier de Lomé la capitale de mon pays le Togo.

Adidogomé (le nom original), ce faubourg à cinq kilomètres du centre-ville de Lomé, où les forages font lois, où les dos d’ânes sont rois, où la double vente de terrains fait des proies, où la canalisation d’eau est une croix, c’est chez moi.

Un quartier paisible et sécuritaire où il fait bon vivre nonobstant la multiplicité des problèmes que l’on y rencontre tous les jours. (Eh! Oui, on ne se plaint pas du moment qu’on arrive à manger trois fois par jour). Un quartier semblable à ces milliers d’autres que nous avons en Afrique, à la seule différence qu’il y existe encore des parcelles exploitables.

Un quartier très animé par les bars, les restaurants, les crèmeries et les lieux de divertissement. Oui, oui les bars! Je vous préviens toute de suite, si vous n’êtes pas ninja, ceinture noire Taekwondo, maître Kung-fu, que vos os ne sont pas élastiques comme du chewing-gum, évitez les bars d’Adidogomé. Simplement parce que vous ne pourrez pas danser le coupé-décalé ou les morceaux qu’on y joue au quotidien. Il vous faut bien plus que les pas de danses de monsieur tout le monde. Et oui, par ici c’est tout un mélange grimacier de sauts ou des jeux de hanche douloureux, aux allures passements de jambes de Cristiano Ronaldo, sur les chansons de Fally Ipupa. Sans oublier les positions Cool catché des Toofan, un véritable Kung-Fu que même Jet-Li aurait du mal à maitriser. C’est même rien de le dire, il faut s’y mettre pour comprendre le mode d’emploi.

Ce n’est plus ce coupé-décalé authentique que Douk Saga lui-même a créé où tout était relativement simple, facile à danser, tu coupes, tu décales, et tu fais un petit s’envolement en rotation avec ton pied. Un coupé-décalé essentiellement prêt-à-porter. Mais! Non, le coupé-décalé de maintenant, c’est du sur-mesure.

Adidohood fait bien partie des quartiers les plus sécuritaires de Lomé, même si quelques fois les petits voleurs ont raison de nous. Qu’est-ce qu’elle me manque la période Commandant KAMBIA. C’était les années 2002 où cet officier supérieur, commandant du deuxième régiment d’infanterie sis à Adidogomé, faisait régner un ordre et une accalmie sans pareil. Une période marquée par l’efficacité de ces bérets noirs, qui sur eux, avaient pris de faire d’Adidogomé un quartier de paix et de sécurité. Aujourd’hui cette tâche est laissée aux forces araignées qui font du mieux qu’ils peuvent même s’il leur manque beaucoup de technicité.

Vous vous en êtes certainement rendu compte, à Adidohood, nous connaissons les treillis et les voitures d’assaut grâce aux multiples opérations de préparation des forces de maintien de la paix du fait de la présence à Adidohood du Centre d’Entrainement aux Opérations de maintien de la paix. (C.E.O.M.P). Entendez par là qu’Adidohood participe activement au maintien de la paix dans la sous-région ouest-africaine. Inutile de vous rappeler  la bravoure qui caractérise nos forces armées, qui d’ailleurs ont été très souvent sollicitées dans les pays comme la Cote d’ivoire, la Somalie, le Mali…etc !

Ah, j’oubliais! La Maison des jeunes Tv5, cet endroit que j’adore tellement pour les repas succulents qu’on y sert et les jolies demoiselles qui, en venant se cultiver dans la bibliothèque, me donnent de quoi zieuter. Il y en a d’autres qui aiment et qui font tourner les clubs d’atelier dessin, d’animation lecture, de loisirs créatifs, de jeux de sociétés, d’atelier de création de bijoux en perles, ou encore d’atelier de décoration. Vous comprenez donc qu’il y a de la couleur partout, de quoi nous ôter cette vie terne et morne que notre quotidien nous offre bien des fois.  Pour ce qui concerne leur salle de jeux, je m’en tiens de vous raconter. Toutefois, si vous n’aimez pas le vacarme et les sursauts d’humeur, ne vous y aventurez pas. Nombreux sont, ces petits enfants  capricieux, à le visiter. De véritables inconditionnés des jeux télévisés qui ont de quoi s’occuper surtout pendant cette période de vacances.

Qui oserait parler d’Adidogomé sans faire référence au légendaire et prisé Lycée d’Enseignement Technique et Professionnelle. Il s’inscrit sans aucun doute au nombre de nos actifs. Premier lycée d’enseignement technique au Togo, réputé pour l’excellence de son encadrement, le lycée technique d’Adidogomé a contribué pour beaucoup à la renommée de mon quartier. Véritable plateforme de transmission du savoir mais aussi de divertissement, grâce à ses multiples aires de jeux (terrains de basketball, de football, de hand et de volleyball …), ce lycée, fort de sa notoriété draine un monde inimaginable d’élèves, qui pour besoin scolaire viennent élire domicile à Adidohood. C’est dire qu’il s’agit d’un quartier à dominante juvénile et par conséquent ambiancé. On lui prête souvent le nom de quartier par excellence d’élèves et étudiants. A croire qu’il n’y a que chez moi, qu’on trouverait les têtes pensantes et brulantes du Togo, loin s’en faut.

L’expérience du paysage d’Adidogomé, c’est avant tout l’expérience de soi. C’est faire l’expérience du Togo, chez moi. L’autre disait « Voir Venise et mourir ». Moi je dis, avec orgueil, « voir Adidohood et mourir. » Bah oui, qui va se négliger ?

Bien à vous !

1 thought on “Voir Adidohood et mourir !

  1. Eh ben, tu n’y vas pas de main morte dans les description!!! 😀 … C’est clair que le coin est devenu incontournable à Lomé aujourd’hui, un véritable pôle, une ville dans la ville.
    Du reste, je préfèrerais voir Adidohood et vivre, pour y revenir, surtout pour les teufs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *