Tweetup228 Saison VIII Episode 2 : dans la peau d’un président.

Tweetup228 II

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce samedi 28 Mars 2015, la twittosphère togolaise a encore répondu présent aux activités mensuelles du tweetup228. Celle de samedi était l’acte II de la Saison VIII. Elle n’est que la continuité d’un acte I qui s’était déroulé quatre semaine avant, sur la thématique : La présidentielle togolaise vue par la twittosphère 228.

Vous avez compris. (Merci Vence, rapport ici) Lors de la précédente édition, beaucoup de questions sont restées en suspens et il a fallu décider d’un second épisode sur la même thématique pour ne pas faire comme si on les avait élucidés. Enfin, l’actualité politique ne pouvait pas nous offrir mieux. Parce qu’il semble que les dieux se montrent presque toujours favorables à ceux qui s’efforcent de connaître où ils vont et surtout de savoir qui ils sont. (Shuuuut ! Pas de commentaire, s’il vous plaît !)

La ponctualité a fait défaut à plusieurs participants mais n’a pas eu de répercussion sur le temps imparti pour les échanges. En effet, seuls les organisateurs, Roland et Farida, le modérateur / rapporteur, Guillaume, que je suis, le nouveau participant Elom, et la grande sœur Ida Abalo, ont fait dans la ponctualité. Il faut croire que les autres avaient soit une horloge à pétrole, soit un problème d’orientation. (Faites comme si je n’ai rien dit) C’est l’arrivée quoique tardive dans les 30min d’Elane et de Yann, qui a sonné le clocher pour le début des activités.

Nous n’avons pas attendu les autres avant de commencer les présentations dans le sens contraire de l’ aiguille d’une montre.

 

Peu à peu, chronologiquement, d’autres présences tardives se sont faites dans les 40min Ahlem-Farida et Aphtal, dans les 50min Renaud, Elolo, Gauthier, Cyrille, Vence, Senyo et dans les 1h, Aristide, Koko, Lovejoyce, Aniceyt et Marilyn.

Nous sommes ensuite passés à la définition des concepts comme observation électorale, crédibilité, transparence.

Comme le disait Cyrille Nuga lors de la précédente édition, #miledoutweetup est toujours comparable au démarrage d’un moteur diesel d’une Mercedes-Benz. Il a du mal à démarrer mais quand il se met en route, plus rien ne le retient.

Crédit : HashtagCom'
Crédit : HashtagCom’

Ce second point de l’ordre du jour a rendu les échanges houleux, oscillants entre des exemples sur la sécurisation d’une urne par un militaire en 2005 et le dysfonctionnement du VSAT lors de la précédente élection présidentielle de 2010.

A la demande de Yann, une minute de silence a même été observée pour toutes les urnes sécurisées mais dont les images n’ont pas pu faire le tour du monde. Ayayaï ça a fait mal, je vous dis !

Le débat sur le fichier électoral a encore plus mis le feu aux poudres. C’est sans compter la question sur le regard que les twittos portaient sur les incidences de la grogne sociale (grève, manifestation des élèves, menaces verbales et attaques physique des membres de la Synergie des Travailleurs du Togo) sur les élections prochaines.

Je crois définitivement qu’il ne faut plus être dans le secret des dieux pour savoir que les Togolais aiment la politique. Ils maîtrisent tellement es rouages, qu’il faut se demander s’ils n’aspirent pas tous à devenir politicard. Enfin, tout dépend de leurs convictions personnelles. Quoique.

Crédit : HashtagCom'
Crédit : HashtagCom’

Une pause brochette a été observée pour tenter de calmer les nerfs déjà à vifs des participants.  

Non mais sérieusement, une jeunesse aussi talentueuse qui se prononce sur des questions politiques avec véhémence à un rendez-vous comme le tweetup, mais qui pourtant, reste muette en dehors de ce cadre ? On a vraiment besoin de percer ce mystère-là ! Cela dit, je me garderai de porter un regard dubitatif sur le verdict de cette huitième édition.

 

Il était à un moment donné question de s’inscrire dans une approche évolutive, en soulevant, certes, les manquements, en les dénonçant, et surtout en apportant une proposition alternative. Autrement on ne ferait que du surplace et on s’inscrirait dans un cycle infernal de contestation sans proposition crédible. Cette suggestion de Lovejoyce n’a pas reçu l’assentiment de nombreux participants. Entrainant par là même une bipolarisation du débat à la roulette russe.  

Parmi les répliques, on peut noter celle d’Ahlem-Farida qui relevait qu’une dénonciation était déjà une sorte de proposition. Celle de Cyrille qui soulevait le fait que la question d’une proposition était empreinte de mauvaise foi. Celle de Yann qui précisait que le contexte socio-politique n’était pas favorable à telle ou telle proposition aussi et surtout parce que si proposition il doit y avoir, c’est que volonté de changer les choses, il y a eu au préalable.

 

Il n’empêche que les différents commentaires me laissent penser qu’une fois de plus, l’unanimité n’était pas et ne sera jamais à un tel rendez-vous sur la politique. Rien de plus naturel, je vous dirais, si tant est que l’unanimité tienne pratiquement de l’impossible.

 

Le prochain rendez-vous sur le thème « gestion du terrorisme et réseaux sociaux », est pris pour le samedi 16 Avril 2015 à 15h. Lieu à préciser ultérieurement.

Bien à vous !

4 thoughts on “Tweetup228 Saison VIII Episode 2 : dans la peau d’un président.

  1. Tu as dit et bien dit! De ses débuts cahotants à sa fin chaotique en queue de poisson » en passant par les débats passionnés et passionnants.
    C’était une belle occasion de se retrouver et échanger. Très belle.
    Un hasard malsain a voulu que l’actualité cadre (encore) avec le thème du prochain TweetUp, autant dire que ça promet!
    La plume a parlé, et maintenant ma parole est tombée.

  2. Belle initiative les gars. J’espère que la prochaine rencontre ne va pas se terminer en queue de poisson car la thématique est très intéressante et vous devez bien réfléchir sur cette question. J’admire votre détermination et votre envie d’échanger. Puisse vos rencontre et le #Tweetup228 devenir un véritable #Thinktank. Merci pour le rapport Guillaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *