Togotelecom, Togocel, et Moov (Partie I)

 

togocelMoov

Au départ, il y avait la Dame d’alimentation générale avec tous les produits au quartier. Une forte clientèle, enfin presque tout le quartier s’approvisionne chez elle. Elle se trouve incontournable, insurmontable. Alors elle devient arrogante. Elle devient chiante à la moindre protestation. Elle devient insupportable mais comme personne ne propose mieux, elle a le monopole, on continue de s’approvisionner chez elle.

Puis, un Zarma vient dans le quartier. Il prend une autochtone pour femme. Un matin, cette femme devient une petite boutiquière douce, souriante, affectueuse qui s’installe. Le quartier hésite, la Dame arrogante en profite. On a peur de la jeune boutiquière, on a pas encore confiance. La jeune boutiquière change de stratégie, propose des services à petits prix, elle propose même des achats à crédit. Comme une cerise sur le gâteau, elle fait une promotion et réduit de moitié tous les prix de ses produits.

La Dame arrogante réplique en privant la jeune boutiquière de certains produits pendant un quinquennat. Au même moment, la Dame arrogante se fait un chiffre d’affaire énorme. Des sueurs, des odeurs… Une longue queue devant chez elle chaque jour. La jeune boutiquière ne s’en sort qu’avec quelques rares clients fidèles. Les clients vagabonds sont nombreux.

La jeune boutiquière ne désespère pas. Un weekend, elle réussit à contacter d’autres fournisseurs. Elle revient donc plus forte que jamais avec un service et des produits de meilleures qualités. Tout le monde parle de la jeune boutiquière, de bouche à oreille, elle est recommandée. Elle vide le tiers des clients de la Dame arrogante en une semaine. En deux, la moitié des clients.

La Dame arrogante panique, s’inquiète, s’écroule. Elle contre-attaque en offrant des produits gratuitement. Une longue file s’installe et saturant donc l’accès à la boutique.

Sans y faire attention, la jeune boutiquière continue d’améliorer ses prestations. Tout le monde l’adule, la chérit.

C’est l’histoire de Togocher, pardon Togocel, Telecel et Moov.

Ce sourire indétrônable, presque contagieux que je vois sur le visage de mes compatriotes togolais ces deux dernières semaines, est le fruit d’une concurrence rude mais loyale entre les deux opérateurs Togocel et Moov. La fourniture du bon débit d’internet est longtemps resté un luxe que les Togolais n’ont pas pu se payer. Depuis le 8 Août 2016, les togolais commencent à goûter à ce que peut être véritablement du haut débit à travers le prisme de la libre concurrence.

Si nous, juristes, voulons une gestion transparente des deniers publics, une libre concurrence, une limitation de mandat, un état de droit… c’est parce que l’équation a prouvé depuis bien longtemps qu’un homme, un groupe, une société peut BIEN FAIRE mais il y aura toujours un autre homme, un autre groupe, une autre société pour penser autrement, et donc MIEUX FAIRE. Celui qui gagne, qui en profite le plus… c’est le PEUPLE.

#Internet4All

#QuandLaVeritableConcurrenceSinstalle

Bien à vous !

1 thought on “Togotelecom, Togocel, et Moov (Partie I)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *