Entre Israel et le Togo, c’est le je t’aime moi non plus

Parmi les pays africains, qui dans leur grande majorité votaient à l’assemblée générale des Nations Unies pour une résolution condamnant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les Etats-Unis, le Togo créait la surprise.

Le Togo était le seul pays africain à se ranger du côté d’Israël en votant contre la résolution onusienne condamnant la décision de Donald Trump. Ce pays d’Afrique de l’Ouest rejoignant ainsi le cercle fermé des opposants à la résolution composé par le Guatemala, le Honduras, la Micronésie, les îles Marshall, le Nauru et le Palau (en plus des Etats-Unis et d’Israël). Un tel choix du Togo semblait désavouer la position de l’Union Africaine, mais à y regarder de près, il était bien prévisible.

Comme dans d’autres parties du monde, la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale israélienne a enflammé les esprits dans certains pays africains. Des manifestations spontanées ont eu lieu pour dénoncer cette décision considérée comme une provocation. L’Union Africaine s’est voulu ferme sur la question en condamnant la décision du président américain. Une condamnation réitérée par Moussa Faki, le président de la commission de l’Union Africaine, qui a tenu à exprimer “la solidarité de l’Union africaine avec le peuple palestinien et son soutien à leur quête légitime d’un État indépendant et souverain avec Jérusalem-Est pour capitale”.

En se démarquant de cette position, le Togo ne fait que confirmer son rapprochement de l’Etat israélien. Il démontre une fois encore qu’il n’a jamais caché son intention d’entretenir de solides relations avec Israël. Entre ce pays d’Afrique de l’Ouest et Israël, les relations sont plus que stables, et ce, depuis l‘ère du président Gnassingbé Eyadema. Le Togo avait d’ailleurs entrepris d’accueillir un sommet Israël – Afrique du 24 au 26 octobre 2017, au détriment de certains pays islamiques africains. Ce sommet critiqué par une partie de l’opinion avait finalement été reporté sine die par le gouvernement confronté à une crise politique interne. Jamais dans l’histoire de ses relations avec l’Afrique, Israël n’a autant compté sur l’amitié d’un pays africain.

Au Togo, l’opinion publique reste divisée sur cette ouverture de plus en plus importante du gouvernement, dès lors que cette orientation diplomatique n’est pas sans incidence sur sa position concernant le conflit israélo-palestinien.

Tout compte fait, à l’heure où des puissances émergentes telles que la Chine, l’Inde, le Brésil développent leurs relations avec l’Afrique, il n’est pas peu probable que le Togo joue un rôle dans le rayonnement des liens entre Israël et l’Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *