Demain dès l’aube

Demain dès l’aube, il oubliera sa prunelle,
La rosée emportera leurs promesses éternelles,
Avant que le soleil ne se lève sur leurs peurs,
Et qu’ils ne soient plus en mesure de se faire des adieux en douceur.

C’est le fruit de ce lien qui s’est douloureusement brisé hier soir,
Cette étincelle brûlante qu’on ne peut voir,
Parce qu’étant un sentiment avide,
Qui laisse peu à peu un vide.

A l’heure où la nuit s’en ira,
Deux cœurs s’étaleront en parviflore,
Un autre en rira,
Chagrins et amertumes s’empliront à l’aurore.

Des larmes couleront sans regrets,
L’indifférence s’installera désormais,
Chacun fera sans l’autre des progrès,
Pour que la vie continue son cours à jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *